Autre : Les livres m'ont toujours accompagnée, dans les différentes étapes de ma vie. Je suis également une amoureuse des animaux.

Karine.R

Age : 41 ans

Petite présentation : Mariée et maman, je suis passionnée de livres deouis que j'ai découvert la lecture à l'école

Mon auteur préféré : Marie-Bernadette Dupuy

Mon personnage préféré : Claire, du livre La grotte aux loups

Mon genre préféré : Les sagas historiques et régionales

J’aime : Lire, profiter de mes proches et les animaux

Mon endroit préféré pour lire : Dans mon lit

Si je devais partir sur une île déserte et ne prendre qu’un seul livre, ce serait : Le gang des rêves de Luca Di Fluvio

Les livres que j'ai lus au Club cette saison

Ma note: 5/5

Cette saga est captivante : les mensonges et les secrets de famille sont imbriqués dans les évènements historiques. Un coup de coeur !

Gemma, une Américaine, enquête sur sa grand-mère française, Philippine, qu’elle n’a pas connue. Elle veut savoir pourquoi cette dernière a abandonné son enfant. L’histoire est une alternance des deux voix : les découvertes de la première se confrontent au récit de vie de la seconde. C’est très bien construit, car la chronologie n’est pas alignée. Aussi, lorsque Gemma se trompe, nous ne le savons pas tout de suite et, comme elle, nous allons de surprises en surprises.

J’ai été très étonnée par ce que j’ai appris sur la cohabitation entre les GI américains et la population française. Ce roman montre que la réalité n’est pas idyllique comme mon imaginaire le pensait. C’est une part de notre histoire sur laquelle je manquais de connaissances et j’ai énormément aimé découvrir le fonctionnement des camps américains et la perception que les Normands en avaient.

Karine Lebert décrit le destin des « war brides », ces femmes françaises, parfois très jeunes, qui ont épousé des Américains et ont tout quitté pour rejoindre leurs maris, aux Etats-Unis. Pour certaines, la chute a été très grande. Ces histoires de femmes m’ont passionnée.

Cette saga est captivante : les mensonges et les secrets de famille sont imbriqués dans les évènements historiques. Aussi, la fiction permet d’expliquer la période après-guerre et les faits réels justifient la partie imaginée. De plus, les personnages sont très attachants. Les femmes, que ce soient celles de l’époque contemporaine ou celles des années 1940 font preuve de courage, osent changer de vie et s’opposer aux hommes, malgré les conséquences.

J’ai eu un coup de cœur pour cette saga. Elle est riche historiquement et le thème de la Seconde Guerre mondiale est traité sous un angle peu connu. L’histoire de Philippine est aussi passionnante que l’est la quête de vérité de Gemma.

Ma note: 4/5 

Ce livre comporte des retournements de situation jusqu’à la dernière page. La personnalité de Soizic est très affirmée et donne envie d’être de son côté. Ce roman montre que, souvent, tout se paye.

A seize ans, en 1949, Soizic est employée de maison chez les Le Goff, une famille qui humilie son personnel. La jeune fille a un caractère affirmé et il est impossible pour elle de se laisser traiter de la sorte sans réagir. Elle a les oreilles qui traînent et les informations qu’elle récolte lui permettent de concocter une vengeance.

J’ai aimé le personnage de Soizic. Elle est spontanée et réfléchie, maligne et naïve, déterminée et fragile, et surtout malicieuse. Par moments, j’étais entièrement en accord avec elle, et à d’autres, je trouvais qu’elle exagérait. J’ai apprécié qu’elle engendre une ambivalence dans la façon de la percevoir. Ses réactions ne sont pas toujours celles attendues, et de ce fait, la jeune fille provoque la surprise. J’ai eu un faible pour un personnage secondaire. C’est un policier qui s’appelle Castain. La rencontre entre Soizic et lui semble improbable, le lien se crée un peu vite à mon goût, j’aurais aimé que cela prenne un peu plus de temps, mais j’ai aimé ce que cette relation révèle de chacun.

Ce roman est découpé en deux. L’atmosphère change et s’adapte aux personnages concernés. Au départ, j’ai été déstabilisée par la deuxième partie, mais lorsque j’ai compris que c’était la continuité de la première, j’ai trouvé que c’était bien mené. Dans cette histoire de vengeance, j’ai beaucoup souri à l’ironie du destin : une enquête ouverte parce qu’un policier s’ennuie, des informations qui ne doivent leur découverte qu’aux facéties du hasard. J’ai trouvé que c’était amusant. Cependant, il y a aussi des drames dans la vie de Soizic.

La fille d’une autre est un livre qui se lit facilement. L’imagination très fertile de Soizic m’a beaucoup amusée. Elle a un tempérament bien affirmé et j’ai aimé son refus de se laisser humilier. J’ai aimé sa manière de prendre son destin en main, malgré les épreuves qu’elle a subies.